Georges Gouriten
Les limites de la liberté

Pour entamer la réflexion sur un modèle de société qui équilibrerait l'égalité et la liberté, il me semble nécessaire d'introduire la question des limites qu'il est nécessaire de mettre à la liberté. Le mot liberté vient du latin liber, qui désigne l'homme affranchi, émancipé. La liberté d'un individu, c'est son indépendance, sa capacité à faire ses choix de vie, à s'épanouir dans l'existence, et chacun doit bénéficier d'une certaine liberté.

Ceci étant dit, il se pose la question des formes exactes que prennent l'indépendance, l'émancipation, et l'épanouissement. Il y a souvent une tension entre les désirs et les droits des individus, et les désirs et les droits des autres, humains ou non humains. Par exemple, il pourra être désirable pour un particulier de construire une maison très proche de la côte, afin de bénéficier d'un accès rapide à la plage, et même de privatiser un morceau de plage. Mais, si tout le monde fait cela, la côte est défigurée et la plage devient inaccessible. C'est l'idée ancienne que "la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres".

À ce sujet, le défi particulier de notre époque est écologique, du fait de la combinaison de plusieurs facteurs. La population a fortement augmenté, en France, elle était de 20 millions en 1700, 40 millions en 1900, et 67 millions en 2019. Le niveau de vie a lui aussi fortement augmenté : espace d'habitation, mobilité, consommation, etc. À quelques exceptions près, des phénomènes similaires sont observés dans le reste du monde. La combinaison de ces deux facteurs fait que, pour aujourd'hui et pour le futur, les questions écologiques de la pollution, de la rareté des ressources, et de la préservation de la vie sauvage et de la biodiversité sont immenses.

En plus de ces problématiques, il y a la question sociale. La liberté économique, en particulier, a conduit au règne de la compétition et à l'enrichissement sans limite. Certains disposent aujourd'hui de patrimoines colossaux, alors que d'autres comptent le moindre euro pour terminer le mois. Certaines familles vivent dans une opulence confortable, alors que d'autres connaissent la misère et la précarité.

Tout ceci doit nous amener à comprendre que la liberté n'est pas un principe absolu. Il ne s'agit pas de l'invoquer pour justifier l'exploitation, l'inégalité, ou les atteintes à l'environnement et au futur de l'humanité. La liberté doit être pensée dans un cadre, avec des limites, qui permettent qu'elle ne s'exerce pas au détriment des autres êtres humains ou non humains, présents ou futur. C'est avec des limites saines que la liberté prend tout son sens. Dans ce blog, je vais m'attacher à faire des propositions sur ce que devraient être, selon moi, ces limites.

Date de création :